Lorsque nous sommes en dédicace.

Publié le par jean-mathias xavier

LE PLAISIR DE LA  DEDICACE.
"C'est pas courant!"
" J'ai jamais vue ça sauf en BD!"
" Ha oui! C'est pas une simple dédicace!"
" C'est beau!"
"Hoooooo! Whaaaaa!"
Voilà les impressions que nous ont fait les lecteurs, les responsables de magasins, et même les personnes qui ne prennent pas le livre.
Jean-Luc et moi sommes de grands communicatifs, on aime notre bouquin et on aime faire plaisir. Si on vient vers nous pour avoir une dédicace, une petite partie de rêve en plus,  je pense que c'est normal d'offrir une belle dédicace.
Lorsque je reçois chez moi, ce n'est pas dans mon style d'ouvrir une boite de conserve. Je mets une belle nappe et de beaux couverts et je prépare un bon petit plat. Et puis, il faut dire une chose, lorsque nous allons à la rencontre du lecteur on s'éclate. On est animé par la même passion que celui qui découvre ou a lu Louis le galoup. C'est un peu comme lorsque je parle d'un voyage extraordinaire que j'ai fait et que j'invite mes amis à faire le même.


JE SUIS AUSSI UN LECTEUR DE LOUIS LE GALOUP.
J'ai découvert le livre il y trois ans, je l'ai dévoré. Les images venaient à moi directement. Il y en avait tellement que je leur donnais un ticket, ça se passait à peut prêt comme ça:
 "illustration suivante s'il vous plaît, veuillez vous avancez pour que je puisse vous dessiner".
Et ça continue encore aujourd'hui. Ce qu'il y a d'incroyable c'est que je pourrais dessiner toutes les  phrases de Louis le galoup. Cela dit, si je faisais ça on aurait un dessin animé.
C'est bien une idée qui cogite ça!


DE VOUS A MOI.
Enfin lorsque je suis en dédicace, c'est un drôle de moment. Chaque fois que vous me  tendez votre livre, il y a une image qui monte, qui émerge, alors je sais quelle illustration je dois dessiner. Certaines se ressembleront peut être, mais d'une manière générale ce ne sera jamais une illustration dessinée avec automatisme.
Lorsque je demande:
"Voulez-vous la Roussotte ou le Galoup?"
Et que vous me répondez:
 "la Roussotte" par exemple. La Roussotte que je vais dessiner pour vous apparaît et me dit. "voilà! c'est comme ça que je veux être présente sur ce livre."




Commenter cet article

Nathanaëlle 16/06/2009 14:31

Je confirme ! Merveilleuses dedicaces, de tes subtiles esquisses jusqu'aux embossages de Jean-Luc, en passant par vos chaleureux mots à tous les deux, ce sont comme des petites oeuvres d'Art... Merci pour toutes les "Roussotte" que tu m'as dessinées.

Xavier AMET 12/06/2009 11:18

J'entendais parler de Louis, je le voyais vivre dans tes yeux et tes mots lorsque tu m'en parlais et même si je ne le connaissais pas, je me voyais me mouvoir à Occitania.

Je me voyais, là, non loin de la Grande Brèche, admirant avec crainte la lueur qu'elle émettait. En rentrant au village perdu sur ce mont, chaque bruit suspect faisait naître la présence d'une malbeste dans mon esprit. Mais je savais que Louis le Galoup était là quelque part à attendre le moment opportun pour renaître.

C'est avec grand plaisir que j'ai vu ton projet de ré-édition de ses aventures voir le jour. Et c'est avec joie que je les lis et découvre de nouveau dessin, tous toujours aussi unique et superbe.

Xavier